Ce que vous allez apprendre dans cet article :

  • Comment différencier vos croyances de vos pensées
  • Pourquoi la plupart des gens ne progressent pas
  • Le choix le plus important que vous avez à faire
  • Le cheminement pour vous libérer de vos pensées limitantes

En quoi croyez vous réellement

Lorsque vous semez dans votre subconscient, vous récolterez dans votre corps et dans votre environnement. Cela signifie simplement:Ce que vous dites est ce que vous devenez —Joseph Murphy

Pensez vous que vous puissiez devenir une meilleure personne ? Pourriez vous mieux faire votre travail et gagner plus d’argent ? Pourriez vous devenir un entrepreneur à succès ? Pourriez devenir un époux plus aimant et un parent plus attentionné ? Est ce qu’il est possible que vous soyez en meilleure forme physique ? Et sur le plan spirituel croyez vous que vous puissiez progresser ?

Sans doute vous direz que vous pensez être capables de vous améliorer dans ces secteurs clés de votre vie. Mais il ne faut pas se limiter juste aux pensées, à nos doux rêves, il faut plutôt aller en profondeur pour connaître nos croyances.

Nous pouvons avoir une pensée sans réellement y croire (cette phrase m’a fait mal à la tête aussi). En effet pour voir le reflet de nos croyances il faut nous pencher sur le miroir de nos actions. Nos actions témoignent de nos croyances, de nos aspirations, de nos valeurs et de notre identité.

En général nous pensons que nous pouvons changer du jour en lendemain mais en réalité nous ne passons pas à l’action et c’est bien par ce que nous n’y croyons pas. Nos croyances limitantes sont le plus souvent inconscientes. Elles guident nos faits et gestes sans même que nous en rendions compte.

En regardant nos actions quotidiennes nous verrons réellement quelles sont les raisons qui  nous poussent à agir. Nous verrons clairement que nos actions peuvent être en contradiction avec nos pensées, notre volonté et que ce sont en réalité nos désirs et nos croyances enfouis qui nous font agir.

C’est pourquoi par exemple il y a des personnes qui veulent se mettre au sport depuis des années mais au fond d’eux même ils croient ne pas en être capables et donc ne s’y mettent jamais. Et chaque année ils pensent que ce sera la bonne mais les années se suivent et rien ne change.

Pourquoi la majorité de personnes ne change pas

Le changement est la mesure de l’intelligence. — Albert Einstein

Ainsi certaines personnes ont des croyances limitantes qui font qu’elles ne se voient pas progresser dans leur vie. Pour elles leurs limitations sont génétiques ou inchangeables. Leurs échecs passés sont la preuve qu’elles ne sont pas assez doués. Ainsi elles restent dans leur zone de confort. Dans cette zone de confort rien ne remet en question leurs certitudes ni leurs capacités donc rien ne les fait progresser.

Le plus dur c’est qu’elles ne sont même pas conscientes du piège où elles sont enfermées à cause de leurs croyances limitantes. Nous pensons tous qu’un jour ou l’autre nous allons miraculeusement changer, mais en réalité nous ne changeons pas car nous n’y croyons pas.

Je faisais partie de ces personnes aux croyances limitantes et j’en ai toujours d’ailleurs. Mais ma curiosité et mon appétence pour la lecture m’ont fait découvrir des personnes et des théories qui m’ont permis de me remettre en question.

J’ai compris un principe fondamental :nos limitations  n’existent que par ce que nous y croyons. Certes il existe des limitations liées aux lois de la physique par exemple je ne peux pas voler ou par exemple je ne peux pas mesurer 5 mètres (quoi que je garde espoir). En-dehors de ces lois physiques, nos limitations, souvent, sont le fruit de nos pensées et de notre imagination.

Nos pensées habituelles se transforment en croyances puis ces croyances mènent à des actions répétées sur plusieurs années qui donnent lieu à une habitude. Cette habitude vient renforcer nos croyances sur nos capacités et cela donne lieu à une prophétie autoréalisatrice. Ces habitudes s’inscrivent dans notre subconscient et dans notre corps.

In fine nous répétons les mêmes actions de façon inconsciente. Et comme le révèle la théorie du Self signaling nous nous identifions à ce que nous faisons. Et tous les jours, sans même nous en rendre compte, nous reproduisons les même pensées, les même actions et renforçons les même croyances.

Prenons l’exemple d’une personne qui n’a jamais fait du sport car elle n’aimait pas cette pratique. Cette personne va croire qu’elle n’est pas sportive, jusque là c’est normal, mais le vrai problème c’est que cette croyance veut dire pour beaucoup de gens: je ne serai jamais sportif(ve) car je ne suis pas fait(e) pour ça.

Ils confondent leur passé avec leur potentiel futur. Cette forme de croyance témoigne d’un état d’esprit fixe qui a été mis en lumière par Carol Dweck. Les personnes avec un état d’esprit  fixe pensent qu’ils sont nés avec des capacités immuables sur le plan intellectuel, physique, artistiques, spirituel…

Nous créons  inconsciemment notre propre conditionnement à travers nos croyances et nos actions. Même si le poids de notre patrimoine génétique est important sur qui nous sommes, nous avons également la possibilité de déterminer qui nous allons devenir.

Des études  ont montré que 10% de notre bonheur serait déterminée par notre situation comme l’endroit où nous vivons. Ensuite nos gènes déterminent à 50% si nous serons naturellement heureux, à l’instar de ces personnes qui sans aucune raison ont toujours la joie de vivre. 50% de prime abord semblent énorme, néanmoins nous avons encore le pouvoir d’agir sur 40% de notre bonheur selon les actions que nous allons mener.

Les personnes avec une croyance fixe, se focalisent sur les 50% en se disant que les personnes heureuses sont chanceuses. C’est le hasard qui décide.  Mais à l’inverse les personnes avec un état d’esprit de développement se concentrent sur les 40% qui sont de leur responsabilité et ne cessent d’agir pour être plus heureux.

D’autres études scientifiques commencent à mettre en lumière qu’à travers nos pensées, nos actions et notre environnement il serait même possible de modifier l’expression de nos gènes, c’est ce qu’on appelle  l’épigénétique  et c’est juste extraordinaire. Nos gènes seraient un réservoir de potentiel et c’est à nous que revient la responsabilité d’activer ce potentiel.

Notre physique, notre santé, nos capacités et nos qualités sont déterminés par notre nature c’est à dire nos gènes mais également par  la façon dont nous nourrissons notre nature à travers nos pensées, nos actions et notre environnement.

C’est ce que les anglophones appellent Nature and Nuture. Nous ne choisissons pas notre nature (potentiel génétique) mais nous pouvons choisir la nourriture adaptée (pensées positives, alimentation saine, exercices physiques, de forts liens sociaux…) pour développer ou modifier notre nature

Devenir meilleur est un choix qui vous revient

Et ainsi, le diable et l’esprit angélique nous présentent tous deux des objets de désir pour éveiller notre pouvoir de choix— Rumi

Ainsi pour sortir du cercle vicieux de la pensée limitante il faut commencer par croire que nous pouvons changer. Pour beaucoup,  le problème avec cette croyance c’est qu’elle nous met en face de nos responsabilités. Ce ne serait  pas à cause de  facteurs externes (notre passé, nos parents, de la société, nos gènes…) que l’on est arrivé là où nous sommes, mais bien à cause de nos croyances et de nos actions.

Il est tellement plus simple et moins culpabilisant de penser le contraire, que rien n’est de notre faute. Ok il est très probable que des facteurs hors de votre champs de contrôle vous aient amené à votre situation actuelle. Mais croire que notre vie est hors de contrôle mène à l’impuissance acquise terme psychologique qui définit le fait d’être résigné lorsque l’on vit certaines difficultés alors qu’on pourrait agir pour changer les choses.

Pour éviter de sombrer dans le désespoir et reprendre le contrôle de notre vie, il faut faire un choix qui est sans doute un des choix les plus importants de votre vie: se résigner et dire que nous ne contrôlons pas notre vie ou bien accepter que nous sommes responsables de notre vie.

Même s’il est vrai que nous ne contrôlons pas tout ce qui nous arrive, au moins nous contrôlons notre réaction. Et c’est ça être response-able (capable d’une réponse).

En modifiant nos actions et notre environnement nous changerons notre mindset et toutes les composantes de notre vie. Au début ce sera difficile et surtout nous aurons des doutes car il est ardu de réécrire des années de conditionnement.

En effet, nous avons entre 12000 et 60000 pensées par jour dont plus de 80% sont négatives et 95% répétitives. Certaines connexions neuronales qui nous pénalisent devront se défaire et d’autres, qui nous seront plus bénéfiques, prendront place. Cela demande un effort conscient et beaucoup de recul.

Se libérer de notre piège mental et libérer notre potentiel

Arrêter les schémas de pensées négatives

La première étape est de changer nos pensées. En pratique c’est extrêmement dur mais pas impossible. Ce que nous pouvons faire c’est apprendre à reconnaître les schémas de pensées négatives et s’arrêter dès lors que nous identifions que nous suivons un flux de pensées négatives. Comme nous l’avons vu ces pensées sont répétitives donc nous pouvons facilement les identifier en faisant attention.

Cela demande de la conscience de soi et de ses pensées, ce dont on manque à l’ère du numérique où nous sommes tant connectés à l’extérieur et si peu à nous même. La méditation peut être une grande aide pour se reconnecter à soi.

Pour ma part j’ai développé une conscience de mes pensées négatives et une grande partie vient du fait de me comparer aux autres car il m’arrive de manquer de confiance en moi. Dès que je remarque que je suis sur cette mauvaise pente je remplace mes pensées négatives par des pensées positives.

Remplacer vos pensées négatives par des pensées dynamisantes

Toutes les pensées vraiment sages ont déjà été pensées des milliers de fois, mais pour les rendre vraiment nôtres, nous devons les repenser sincèrement, jusqu’à ce qu’elles prennent racine dans notre expérience personnelle. — Goethe

Nous pouvons contrôler nos pensées comme une télé où on apprend à zapper les  pensées négatives et capter des pensées positives.  Par exemple nous pouvons nous concentrer sur les 40% de bonheur qui dépendent de nous plutôt que les 50% qui sont hors de contrôle.

Voici un exemple de pensée dynamisante que je me répète mentalement lorsque je me compare aux autres: « ces personnes sont la preuve que  je peux y arriver moi aussi ». Après avoir identifié vos principaux schémas de pensées négatives, vous pouvez trouver vos propres pensées dynamisantes à utiliser pour les contrer.

Supprimer toutes les sources de pensées négatives

En troisième lieu nous devons supprimer toutes les sources de pensées négatives. En parlant de télé je ne regarde plus les infos qui souvent ne véhiculent que des infos pessimistes et je vous conseille de faire de même. Également il faut limiter un maximum le contact avec les personnes négatives vecteurs d’idées qui nous ralentissent et sèment le doute en nous.

Passer courageusement à l’action

Ensuite il faut passer courageusement à l’action. S’il s’avère difficile de se lancer à cause de nos doutes, commencez par de petites actions. C’est à travers la réussite de ces petites actions que nous prendrons confiance en nous. Comme le dit l’auteur Ayodeji Awoika :

Les petits objectifs semblent anodins, mais ils aident votre cerveau à associer des pensées positives à votre nouvelle habitude. Votre cerveau aime «gagner», et lorsque vous atteignez votre petit objectif, il commence à se « recabler », à se croire compétent et capable de continuer.

Nous entreprendrons de plus en plus d’actions courageuses au fur et à mesure que nous verrons ce dont nous sommes réellement capables.

Plus nous accomplirons nos petits objectifs, plus nous serons confiants et plus nos pensées seront dynamisantes (la théorie du self signaling en marche).  Ce dont on a besoin c’est d’altérer le cours de nos actions qui nous desservent et d’avoir de petites victoires en menant des actions courageuses.

Conclusion

Il y’a énormément d’opportunités qui s’offrent à nous aujourd’hui et pour les saisir il va falloir changer nos pensées et nos actions. J’ai mis énormément de temps à me lancer dans le blogging car au fond de moi je me demandais si j’allais y arriver.

Et honnêtement, ces doutes me hantent toujours. Comment je fais pour écrire malgré tout: reconnaître mes doutes, me remémorer tout le bien que me procure l’écriture et surtout passer à l’action en écrivant un minimum tous les jours.

Nous ne devons pas laisser nos croyances limitantes limiter nos possibilités. Au contraire nous devons avoir des rêves grandioses pour laisser l’espace à tous nos talents pour s’exprimer. Prenons le temps de réfléchir sur ces croyances, remplaçons les par des croyances dynamisantes et passons courageusement à l’action pour réaliser nos rêves.

Nous verrons alors s’ouvrir devant nous un horizon rempli d’opportunités dont nous ignorions l’existence. Dis moi en commentaire, par message ou par mail dans quels domaines tu veux devenir meilleur, quels sont tes schémas de pensées négatives et comment tu comptes les dépasser pour réaliser tes objectifs, ce sera un plaisir d’échanger.

Courageusement vôtre, Leblogueursouriant 🙂


Leave a Reply

Your email address will not be published.