Cet article participe à l’événement inter-blogueurs organisé par Grégory du site Prendre Confiance. Les blogueurs participants publient sur le thème “comment vaincre ses pensées négatives”. Vous pouvez retrouver tous les articles dans un ebook gratuit pour découvrir les meilleures méthodes de ces experts.

Le pouvoir des pensées et des paroles négatives

« Ce que vous semez dans votre subconscient, vous récolterez dans votre corps et votre environnement. Ce que cela signifie est simple : ce que vous vous dites est ce que vous devenez. » Dr Joseph Murdphy

Le 25 Octobre 1986 se jouait le sixième match de la finale des World Series aux Etats-Unis. Cette finale de baseball se disputait entre les Mets de New York  et les Red Sox de Boston.

Lors de ce sixième match, les Red Sox n’étaient qu’à une seule prise de savourer leur victoire en finale depuis 1918. En fin de partie, Bill Buckner alors joueur des Red Sox commis une erreur terrible : il laissa passer entre ses jambes une balle pourtant simple à rattraper qui aurait pu leur garantir le titre.

Suite à cette erreur, les Mets gagnèrent ce match puis le septième devenant ainsi champions. Depuis ce jour Bill Buckner est devenu tristement célèbre. Quelques jours avant cette fameuse finale Bill donnait un interview où il disait étrangement :

« Le rêve serait de jouer une grande finale et de la gagner. Le cauchemar serait que vous laissiez passer la balle de la victoire entre vos jambes. Ces choses arrivent tu sais. Je pense que beaucoup de choses ne sont que le destin »

Comme la majeure partie d’entre nous, Bill Buckner avait des pensées négatives. Il craignait de faire une erreur qui coûterait la victoire à son équipe. Nous avons également notre lot de peurs, de craintes et de doutes :

  • Je ne vais pas y arriver
  • Je ne suis pas assez talentueux
  • Je vais échouer
  • Qu’est-ce que les autres vont en penser
  • Ce sera comme la dernière fois
  • Je vais me ridiculiser
  • J’ai peur que ceci ou cela m’arrive

Ces pensées et paroles négatives, agissent comme des virus dans notre esprit. Elles sèment le doute en nous et corrompent notre capacité à vous donner à 100% pour votre objectif.

Votre subconscient enregistre toutes vos croyances, pensées et paroles. Vous le programmez pour un comportement futur à travers ce que vous dites ou pensez.

Et lorsqu’il sera temps d’agir vous n’exprimerez pas la totalité de votre potentiel car au fond de vous vous doutez ou ne croyez pas en vos chances de succès.

L’interview de Bill Buckner montre qu’il avait peur d’échouer et cette peur a fait  qu’il a échoué. Entretenir des pensées négatives c’est littéralement préparer son échec.

C’est ce qu’on appelle une prophétie autoréalisatrice, vous échouez car vous pensez échouer. On peut également appeler cela de l’auto-sabotage.  Et le subconscient est l’outil pour réaliser cet auto-sabotage.

Lorsque ces pensées négatives sont associées à certaines émotions puissantes, elles peuvent avoir d’autres conséquences. Le Dr Joe Dispenza explique que certains événements difficiles comme la perte d’un emploi, une séparation, un échec entrepreneurial peuvent créer des émotions fortes qui gravent cet événement en nous.

Par la suite certains événements de la vie courante sources de stress peuvent nous remettre dans le même état psycho-émotionnel. Nous ressentirons et penserons comme si nous vivions à nouveau cette perte d’emploi, cette séparation ou cet échec.

Nous serons dans un état constant de stress, en mode survie. Vivre de façon prolongée dans cet état, où nous sécrétons du cortisol et de l’adrénaline, hormones du stress, finit par avoir des répercussions sur notre santé. Nous pouvons devenir malades à cause de nos pensées et de nos émotions négatives.

Ainsi prendre le contrôle sur ses pensées négatives est essentiel pour réussir à atteindre ses objectifs et prendre soin de sa santé.

Trois Clés pour prendre le contrôle sur ses pensées négatives :

« Laisses un homme changer l’orientation de ses idées. Il sera frappé de voir l’ampleur et la rapidité de la transformation intervenue dans divers aspects de son existence. C’est en nous même que réside la providence qui décide de nos destinées ; bien plus elle n’est autre que nous-mêmes. » James Allen

La négativité et le pessimisme font partie intégrante de l’Homme. Notre cerveau a été conçu pour se focaliser avant tout sur ce qui est négatif et qui pourrait potentiellement être source de danger.

D’après certaines statistiques 80% de nos pensées seraient négatives et 95% répétitives. Nous repassons sans cesse dans notre tête ou à travers nos paroles le même discours négatif.

Alisson Ledgerwood, docteur en psychologie sociale, a effectué plusieurs tests démontrant la tendance de notre cerveau à se focaliser sur les pensées négatives ou pessimistes. Elle explique que pour combattre ce trait de caractère il faut faire un effort conscient.

Voici comment faire pour reprendre le contrôle sur vos pensées

Clé N°1 : Arrêter de vous dire des paroles négatives

Nous avons en moyenne 60000 pensées qui fusent dans notre esprit chaque jour. Chercher à les contrôler est une tâche très difficile.

Une technique plus simple et efficace consiste à ne pas prononcer de paroles négatives contrairement à Bill Buckner avant son match de baseball.

Nous nous montrons parfois assez négatifs envers nous-même et sans nous en rendre compte cela affecte la façon dont nous nous voyons, notre identité mentale.

D’après l’expert en mindset et performance Trevor Moawad, ce que vous dites est 10 fois plus puissant que ce que vous pensez. Heureusement il est beaucoup plus aisé de contrôler ce l’on dit que ce que l’on pense.

C’est un exercice de prise de conscience qui va vous demander de faire attention à ne dire que des choses qui vont vous servir. Dans le cas de Bill il aurait pu se limiter à décrire ses rêves plutôt que son cauchemar.

Vous pouvez vous lancer un défi avec un ami et à chaque fois que vous aurez des paroles négatives ou pessimistes, vous lui donnerai un billet de 10 euros.

Vous pouvez également noter chaque phrase négative que vous dites et faire un bilan le soir en réfléchissant à ce qui vous a fait dire cela. Au fur et à mesure vous direz moins de choses négatives.

En plus de vous aider à reprogrammer votre subconscient positivement les gens apprécieront encore plus votre compagnie.

 

Clé N°2 : Bâtissez-vous un environnement positif

« Si nous ne créons pas et ne contrôlons pas notre environnement, notre environnement nous créera et nous contrôlera. » Dr Marshall Goldsmith

Une action puissante que nous pouvons mettre en place pour limiter nos pensées négatives c’est de se créer un environnement positif.

Nous sommes entourés de sources d’informations négatives, que ce soit la télé, les réseaux sociaux, parfois même nos proches. Nous nous faisons influencer sans même en avoir conscience.

Regarder de mauvaises nouvelles à la télé dès le matin tous les jours aura probablement des répercussions sur votre état d’esprit. Mais vous pouvez totalement y remédier en ne prêtant plus attention à ce genre de média.

Il existe des médias qui peuvent vous informer sans chercher à vous stresser. Pour ma part je ne regarde plus la télé, je me tiens informé en écoutant mes collègues lors de la pose café.Vous pourriez faire de même.

Également certains proches peuvent être de nature pessimiste et avoir tendance à nous décourager. Pour la plupart, ils le font sans faire attention.

Il faudrait avoir une discussion avec eux pour leur expliquer que leur façon de voir le monde nous impacte négativement. Cela  pourrait leur ouvrir les yeux et les amener à être plus positifs.

 

Clé N°3 : Réinterprétez votre passé et redéfinissez votre futur

« Un homme ne peut pas choisir directement ses circonstances, mais il peut choisir ses pensées, et donc indirectement, mais sûrement, façonner ses circonstances. » James Allen

Le professeur Philip Zimbardo est l’auteur de la célèbre expérience de Standford et de nombreuses autres avancées en psychologie.

Selon le professeur, notre cerveau fonctionne selon trois perspectives temporelles, le passé le présent et le futur. Mais certaines personnes restent bloquées dans le passé à cause d’événements traumatisants qu’elles ont vécu.

C’était le cas de certains vétérans de la guerre qui étaient suivis par des thérapeutes qui appliquaient les techniques du professeur Zimbardo. Ces vétérans se ressassaient les moments terribles qu’ils avaient vécu et n’envisageaient rien de positif dans l’avenir. Nombreux allaient jusqu’au suicide.

A cause de certaines expériences difficiles, nous pouvons être bloqués dans des schémas  de pensées négatives. Il se crée alors un bagage émotionnel et nous pensons sans cesse à ces moments, allant jusqu’à nous qualifier de « bon à rien », de « personne malchanceuse » ou de « mauvaise personne ».

Mais nous oublions souvent l’importance du contexte dans lequel nous avons vécu ces moments difficiles :

  • Nous étions nuls en math car notre professeur n’était peut-être pas assez pédagogue.
  • Le contexte économique a favorisé la faillite de mon entreprise.
  • Nous nous sommes séparés car nous n’avions pas la même vision des choses

Nous devrions apprendre à avoir de la compassion envers nous-même. Nos échecs passés ne signifient pas que nous sommes des échecs. Au contraire en ayant en tête le contexte, nous pouvons réinterpréter notre passé et nous servir de ces échecs pour apprendre, grandir et faire mieux la prochaine fois.

Parfois nous n’avons pas le choix sur ce qui nous arrive mais nous pouvons déterminer le sens que nous donnons à ces événements et comment nous allons les utiliser positivement. Les vétérans de la guerre ont donné du sens à leurs expériences difficiles et sont devenus des émissaires de la paix.

Vous pouvez également réinterpréter vos expériences difficiles avec le contexte, essayez de voir comment vous pouvez donner du sens à cette expérience pour qu’elle puisse devenir une force pour vous.

Une fois que vous aurez fait la paix avec votre passé, vous pourrez imaginer un futur radieux.

 

Conclusion et Clé Bonus : Agissez courageusement

  » Si quelque chose au fond de toi te dit : « tu n’es pas peintre », c’est alors qu’il faut peindre mon vieux », et cette voix là aussi se taira  » Van Gogh

Tout l’intérêt de lutter contre ses pensées négatives est de pouvoir se donner à 100% sur ses objectifs. Malheureusement, il est très rare que nous puissions vaincre totalement cette petite voix intérieure qui nous dit qu’on ne va pas y arriver.

Mais si malgré tout, vous passez à l’action et que les résultats suivent, cette petite voix commencera à perdre en force. Cela demande du courage et vous passerez par de nombreux échecs.

Vous pourrez vous servir de ces échecs pour apprendre et avancer. C’est ce qu’ont fait les plus grandes figures de l’histoire. Au début tout le monde a peur mais à travers l’action on s’y habitue.

Vous pouvez commencer par faire quelque chose de très simple, le but étant de réussir et de gagner en confiance. La réussite est la source de la confiance en soi.

Si vous avez peur de parler en public, commencez par parler devant un proche puis deux puis cinq et ainsi de suite. Le courage face à l’inconnu est un dénominateur commun chez les personnes qui réussissent de grandes choses.

Dès lors que vous commencerez quelque chose de nouveau, vous aurez très souvent peur, vous pourriez ressentir le syndrome de l’imposteur. Mais en développant l’habitude de passer à l’action, vous y arriverez.

Vous développerez une confiance inébranlable, vous oserez relever des défis que vous pensiez impossible.

Et surtout vous développerez une immunité face aux pensées négatives, qu’elles viennent de vous ou des autres. C’est ainsi que vous réussirez.

 


Leave a Reply

Your email address will not be published.